De René Lévesque à Anne-Marie Beaudoin-Bégin, 6 ans, le 1er novembre 1982

Madame Anne-Marie Beaudoin-Bégin, aujourd’hui chargée de cours au département de langues, linguistique et traduction et à l’École de langues de l’Université Laval, nous a aimablement autorisé à publier son témoignage sur notre site. Nous l’en remercions.

En 1982, j’ai écrit une lettre à René Lévesque. Je ne me souviens plus des mots exacts que j’ai employés, mais je me souviens que c’étaient des mots d’encouragement. En effet, ma mère m’avait dit qu’il était un peu triste (rappelons qu’on était un an après la Nuit des longs couteaux). Il semble que du haut de mes 6 ans, et du haut de toute mon incompréhension de la politique, j’aie cru que ma petite plume pourrait lui faire du bien.

Il m’a répondu! Sur du papier officiel du cabinet du Premier ministre du Québec! Évidemment, à l’époque, je ne mesurais pas toute l’ampleur de la chose. Dans ma petite tête de petite fille, il était bien normal que quelqu’un à qui j’avais écrit une lettre me réponde… C’est aujourd’hui, avec mes yeux de 35 ans, que je réalise vraiment la beauté de son geste.

Source: archives personnelles d’Anne-Marie Beaudoin-Bégin (CLIQUEZ SUR L

C’est entre autres grâce à cette lettre, redécouverte récemment, que j’ai perdu mon attitude cynique…
—-
Source : Anne-Marie Beaudoin-Bégin, « De ma lettre de René Lévesque… », entouscas.ca, 2 janvier 2012.

Share

Nos voeux

Le président de la Fondation, Yves L. Duhaime, ainsi que tous les membres du conseil d’administration s’associent pour vous offrir leurs meilleurs vœux pour la période des Fêtes, et vous souhaitent une année 2012 pleine de joies et de prospérité. Paix et démocratie aux hommes de bonne volonté.

Share

Photos du colloque «René Lévesque, homme de la parole et de l’écrit»

Nous vous invitons à jeter un coup d’œil à ces quelques photos prises dans le cadre du colloque «René Lévesque, homme de la parole et de l’écrit» :

Voir toutes les photos de notre album…

Share

Le colloque «René Lévesque, homme de la parole et de l’écrit» : UN VRAI SUCCÈS

Plus de 200 personnes ont assisté aux trois séances qui ont jalonné la journée du 4 novembre à la Grande Bibliothèque de Montréal. Après un coup d’envoi exceptionnel donné par monsieur Jean-Louis Roy, les diverses communications ont captivé l’auditoire et suscité des commentaires, des questions et même des anecdotes complétant le portrait d’un René Lévesque à la personnalité multiple. Merci aux conférenciers pour la qualité de leurs interventions et pour les avenues ouvertes vers de nouvelles recherches. Ce qui répond exactement à la vocation de notre Fondation.

La Fondation publiera les actes de ce deuxième colloque dans le courant de 2012 et, comme nous nous sommes assurés de la captation audiovisuelle de l’ensemble de la journée, une diffusion est prévue sur les ondes de Canal Savoir dès le montage terminé. Nous publierons la grille de programmation sur notre site dès que nous la connaîtrons.

Enfin, nous désirons remercier la douzaine de bénévoles qui ont accueilli avec le sourire les participants lors de l’inscription et se sont montrés disponibles tout au long de la journée.

Nous vous donnons rendez-vous au prochain colloque. Tenez-vous au courant en visitant régulièrement le site de la Fondation.

Share

Poème de René Lévesque (31 décembre 1969)

Alors que le monde s’apprête à franchir le cap des années soixante, que les commentateurs y vont de leurs savantes analyses sur la turbulente décennie qui vient de se terminer, René Lévesque, inspiré par Ronsard, accouche d’un poème qui, en quelques strophes, saisit l’époque.

 

On a tué au Vietnam au Biafra

On a tué au Sinaï, en Algérie

Che Guevara est mort en Bolivie

Mais Papa Doc en Haïti est toujours là

 

Tant d’espoirs si tôt passées de vie à trépas

Kennedys de Dallas et de Californie

Tant de fleurs au panier adieu Jackie

Onassis sur son yacht Trudeau à Ottawa

 

Le riche s’enrichit les gros font de la graisse

Au lieu de liberté des colonels en Grèce

Et contre l’inflation on chôme à Montréal

Cadillacs à crédit et vieux pauvres qui brûlent

Innombrables enfants qu’une faim ridicule

Fait mourir dans un monde où le blé se vend mal…

[…]

Lire la suite du poème…

Share