Lettre à Alice Lévesque, 5 décembre 1936

Lorsqu’il écrit cette lettre à sa petite sœur de huit ans, René Lévesque est inscrit en classe de versification [secondaire 4]. Du haut de ses quatorze ans, facétieux, il lui fait la leçon en la vouvoyant, comme un maître à son élève.


Gaspé
Le 5 déc. 1936

Mademoiselle Alice,

Je vous remercie beaucoup de votre belle lettre : le papier surtout était très beau! C’est bien de valeur, mais je n’ai pas de petits cochons à mettre en haut de ma lettre, moi!

Il paraît que vous êtes la première de votre classe. C’est très bien, ça, Mademoiselle! J’ai bien remarqué aussi, qu’il y avait de grands progrès dans l’orthographe. Il y a seulement une chose dans la lettre, une chose qui ne me fasse pas plaisir. Elle m’a même fait rougir, pour moi d’abord!!! et pour moi, et pour vous, Mademoiselle! C’est que vous avez l’air de me prendre pour une petite fille comme vous. Vous avez mis au commencement de votre lettre : « mon chère René(e?)». Savez-vous que j’aimerais mieux ne pas être si «chère», à ce prix-là!

En tout cas, j’aimerais bien recevoir une autre lettre, pourvu que le premier mot soit au masculin, «cet» fois!

Ah! oui. Si vous le voulez bien, avertissez donc Monsieur André qu’il peut se «licher» s’il attend une réponse! Je le domine beaucoup trop pour répondre à ses sottes insinuations! Seulement, je connais une certaine «Miss Dorene» qui ne serait pas contente si je lui disais ça!… Maintenant, Mademoiselle, je vais vous donner une commission importante. Voici :

Vous m’avez dit dans votre lettre, que vous m’avez choisi vos jouets. On m’a demandé de choisir «mes miens»! Annoncez donc que j’aurais bien besoin d’une paire de bas de hockey «Chicago Black Hawcks», et que, si je pouvais avoir un petit dollar, je pourrais m’acheter un volume de graphologie, que m’a proposé un père et qui me plairait. Le plus tôt ma commission sera remplie, le mieux! Ainsi donc, galopez-y, Mademoiselle! (Si vous ne comprenez pas ce paragraphe, malgré vos connaissances étendues, n’hésitez pas à vous faire éclairer par vos savants frères!)

Sur ce, adieu, adieu, Mademoiselle!

Saluez bien pour moi, Monsieur Fernand, Mademoiselle Gertrude,
Monsieur André, Mademoiselle Dorene. Surtout, n’allez pas oublier le principal,
votre Monsieur Joe; mais je sais qu’il n’y a pas de danger!

Et j’ai l’honneur d’être, Mademoiselle, votre frère-
René Lévesque

P.S. Répondez s’il vous plaît! R.L.

Envoyez-moi aussi l’adresse
de Mademoiselle Marcelle. Elle a écrit-
Il faut que je réponde – R.

Share