Les discours de René Lévesque au regard de la statistique lexicale

Date : 4 novembre 2011 à 10 h 00

Conférencier : Denis Monière, politologue

Titre de la conférence : Les discours de René Lévesque au regard de la statistique lexicale

Résumé de la conférence :

Dans cette communication, nous mettrons en relief les principales caractéristiques lexicales des discours de René Lévesque en le comparant à l’occasion à d’autres premiers ministres qui l’ont précédé ou qui lui ont succédé. Dans cette analyse, nous utilisons une approche méthodologique quantitative qu’on appelle la statistique lexicale qui élimine les jugements de valeurs ou les biais normatifs dans le traitement des stratégies discursives. Notre ambition est de produire des connaissances qui échappent aux aprioris politiques. Les résultats que nous présentons en surprendront sans doute plusieurs.

Pour identifier les caractéristiques des discours que René Lévesque a prononcés à titre de premier ministre, nous avons rassemblé un corpus qui inclut 102 discours. Ce corpus a une longueur de 530 271 mots et comprend 19 572 vocables différents. Ce corpus est constitué des discours inauguraux, de conférences de presse et des discours de circonstance prononcés à l’extérieur de l’Assemblée nationale. Il ne contient pas de discours prononcés dans le cadre des campagnes électorales. Les résultats que nous présentons concernent le René Lévesque homme d’État et non pas le chef de parti. Nous nous intéresserons plus particulièrement à l’accroissement du vocabulaire, au vocabulaire caractéristique de Lévesque, au rapport entre le groupe verbal et le groupe nominal, à l’usage des pronoms et à son style discursif. Enfin, compte tenu de son importance politique, nous évaluerons la place qu’occupe le thème de la souveraineté dans les discours de René Lévesque.

Notes biographiques :

Denis Monière est professeur au département de science politique de l’Université de Montréal. Il a publié plus d’une trentaine d’ouvrages dans des domaines diversifiés : la théorie politique, la politique québécoise, l’analyse des idéologies, la communication politique et l’analyse des discours politiques. Son œuvre est entièrement consacrée à l’analyse de la société québécoise. Il a publié récemment, en collaboration avec Dominique Labbé, Le discours gouvernemental en France au Québec et au Canada (2003) et Les mots qui nous gouvernent (2008). Ce dernier livre s’est mérité le prix du meilleur livre politique 2008 de la Présidence de l’Assemblée nationale du Québec. Il est Président de la Société du patrimoine politique et président de la Ligue d’action nationale.

Partager