Un portrait brutal des « mass-media »

René Lévesque
Journal de Montréal, lundi 14 décembre 1970

Observateur éclairé des médias de son époque, René Lévesque s’inquiétait du contrôle privé de l’information et de l’opinion lors de la publication d’un rapport sénatorial sur les moyens de communication de masse. Il déplorait la timidité de l’action gouvernementale face aux enjeux soulevés : qualité de l’information, concentration des entreprises, rétrécissement de l’offre en région et avidité des géants américains qui drainaient les revenus publicitaires tout en profitant de privilèges fiscaux. Si les technologies ont grandement changé, les enjeux d’alors ressemblent étonnamment à ceux d’aujourd’hui.

Ancien téléviseur montrant une image de réseaux sociaux

 – Un permis de télévision, disait naguère le magnat Roy Thompson1, ça équivaut à donner à quelqu’un le droit d’imprimer sa propre monnaie!

Le rapport du comité Davey2 rappelle cette boutade fameuse en parlant de la richesse des principaux mass-medias. Après deux ans, c’est un jeu de trois gros volumes dont vient d’accoucher ce comité sénatorial qui s’était chargé d’étudier l’état des principaux moyens de communication (presse et ondes) au Canada.

L’un des coins les mieux documentés de son enquête est justement celui qui démontre la super-rentabilité des grandes entreprises d’information et de divertissement.

Le cas le plus frappant demeure toujours celui de la TV privée. Obtenir un « canal » , c’est-à-dire le droit d’exploiter à profit un morceau du secteur public, continue d’être le plus exorbitant des privilèges.

De $8,6 millions en 54, les recettes nettes de la TV privée sont passées à $118 millions en 68. Modeste augmentation de 1272 % en 14 ans… C’est au point où les actionnaires peuvent récupérer complètement leur mise de fonds en deux ans d’opération!

Sur ce point, le rapport Davey ne fait d’ailleurs que reprendre et confirmer ce que le rapport Fowler3 avait amplement démontré. De même, concernant les journaux, ne nous apprend-on rien d’essentiel que le rapport O’Leary4 n’eût pas découvert ou prévu, il y a neuf ans…

Enquêtes, rapports, poussière, ré-enquêtes : jamais pays n’aura si bien scruté et gratté ses bobos que le Canada, avec si peu de résultats et sans qu’on perçoive au sommet la moindre volonté nette de passer des rapports à l’action.

Profit maximum, service minimum

Du côté des journaux, quelque plus modérée qu’à la TV, l’importance des profits est également impressionnante. En 65, alors que l’industrie manufacturière n’atteignait que 10,4 % et le commerce de détail 9,2 %, les entreprises de presse touchaient en moyenne 17,5 % de profit net sur le capital investi.

Ce sont naturellement, dans la presse comme sur les ondes, les plus gros qui sont les plus payants. Et de plus en plus, les gros se regroupent à l’intérieur de « conglomérats » qui maximisent les profits tout en rétrécissant sans cesse l’éventail des choix dont dispose l’opinion publique. Là encore, vieux problème, danger depuis longtemps perceptible, d’année en année plus réel et lourd de conséquences : le nombre s’est multiplié des villes ou régions « captives » , desservies et potentiellement manipulées par un seul groupe privé. Mais là non plus, on n’est guère pressé d’agir…

Pendant ce temps, la plupart des groupes majeurs, surtout chez les radiodiffuseurs, infligent à leur clientèle ce que le rapport Davey appelle à juste titre une « saignée à blanc » . Tirant du public qui les entretient des bénéfices extraordinairement élevés, ils ne lui rendent en services que le plus strict minimum tolérable.

Un exemple de cette scandaleuse exploitation m’a particulièrement frappé. C’est celui du tourisme. Industrie en expansion vertigineuse, l’une des plus importantes de la « civilisation des loisirs », le tourisme n’est à peu près nulle part que matière à publicité. Passe encore lorsqu’il s’agit de réclame payée et bien identifiable. Mais, parlés ou écrits, presque tous les soi-disant reportages ou chroniques touristiques ne sont que publicité mal déguisée, attrape-nigauds et paiements de voyages gratuits… Dans les affaires normales, cela s’appelle tout bonnement de la fausse représentation.

Se fier au miracle…

Comment ralentir et contrer ce courant qui mène toujours plus vite au gigantisme, à la médiocrité dorée et, éventuellement, à la menace d’un contrôle privé de l’information et de l’opinion?

Les quelques mesures que préconise le rapport Davey sont dans l’ensemble aussi familières que les problèmes…

Réglementation et moyens de blocage du côté des fusions et concentrations.

Prêts de développement aux petites et moyennes publications surtout aux revues d’opinion dont la vie est singulièrement difficile. Et puis – comme le rapport O’Leary le réclamait jadis, comme le récent congrès libéral l’exigeait à nouveau – l’abolition des exemptions d’impôts dont on a ridiculement permis à Time et Reader’s Digest de profiter. Ces deux mastodontes, dans leurs pseudo – « éditions canadiennes » qui ne sont qu’un dumping à bon marché des éditions-mères américaines, siphonnent une part énorme des budgets publicitaires grâce à ce régime qui permet à leurs annonceurs de déduire comme s’il s’agissait d’authentiques publications canadiennes. C’est l’un des cas les plus flagrants de colonialisme bébête, tolérant, encourageant même l’étouffement systématique des entreprises autochtones.

Dans ce contexte absurde, le rapport Davey note qu’il est proprement miraculeux qu’on soit parvenu, ces dernières années, à créer et faire grandir deux quotidiens nouveaux – qui sont le Journal de Montréal et le Journal de Québec. Mais s’il faut toujours attendre les miracles…

______

Notes

1. Kenneth Roy Thomson (1923-2006) était un homme d’affaires torontois très prospère qui doit une partie de sa fortune à l’exploitation de journaux, dont le Times de Londres et le Globe and Mail. En 1980, il contrôlait près d’un cinquième des quotidiens au Canada.
2. Le rapport du comité spécial du Sénat sur les moyens de communication de masse (Comité Davey), déposé en 1970, est présidé par le sénateur Keith Davey. Le rapport porte sur les médias, mais s’intéresse aussi beaucoup à la presse écrite. L’une des principales recommandations du rapport propose la mise en place d’un Conseil de surveillance de la propriété pour surveiller les fusions ou les acquisitions de journaux et de périodiques : « toutes les transactions qui augmentent la concentration de la propriété des moyens d’information sont indésirables et contraires à l’intérêt public — à moins de preuve du contraire » (vol. 1, p. 78). Le rapport restera lettre morte.
3. Il s’agit du rapport du Comité consultatif Fowler sur la radiodiffusion mis sur pied en 1965 et dont les recommandations donneront lieu à l’établissement, en 1968, du Conseil de la Radio-Télévision canadienne qui deviendra, en 1976, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). Robert Fowler avait aussi présidé en 1955 la Commission royale d’enquête sur la radio et la télévision (Commission Fowler) lors de l’avènement de la télévision au Canada et dont le rapport avait mené à la révision en 1958 de la Loi sur la radiodiffusion datant de 1936.
4. Rapport de la Commission royale d’enquête sur les publications présidé par le journaliste Michael Grattan O’Leary et publié en 1961.

Cette article se retrouve dans le second tome des Chroniques politiques de René Lévesque publiées aux Éditions Hurtubises, sous la direction d’Éric Bédard et Xavier Gélinas, avec la collaboration de la Fondation René-Lévesque.

Share

Vœux d’hier et d’aujourd’hui

Pour la période des Fêtes, nous vous invitons à lire les vœux que René Lévesque publiait en 1974 dans le journal Le Jour. Sa chronique rapportait alors les propos d’un Américain et d’un Français posant tous deux un regard affectueux sur le Québec. Les témoignages de ce « voisin » et de ce « cousin » résonnent encore, malgré la distance.

Les membres du conseil d’administration de la Fondation et moi-même vous souhaitons de passer de beaux et joyeux moments avec vos proches. Que la prochaine année soit propice, comme l’écrivait René Lévesque, à « une solidarité nouvelle, assez puissante pour assurer à tous les nôtres ce mieux-vivre dans la justice et la liberté auquel tous les hommes ont le droit d’aspirer ».

Christian O’Leary
Directeur général

 

Vœux d’ici et d’ailleurs

René Lévesque

J’ai gardé pour les Fêtes deux lettres toutes récentes.

Elles constituent en quelque sorte des vœux, éloquents, chaleureux, que font à notre endroit une couple d’étrangers qui ont eu l’occasion de vivre un peu au Québec et de nous connaître.

N’importe qui aurait le droit d’être fier et content de tels témoignages adressés spontanément aux siens. À plus forte raison devraient-ils nous plaire à nous qu’une trop longue dépendance a rendus si incertains de nous-mêmes, si avides et inquiets à la fois de savoir comment les autres nous voient. Eh bien, en voici deux qui nous trouvent vraiment pas pires…

Le premier est un jeune Américain, Ezra Steinberg, que le Vietnam aura amené ici comme conscrit dissident. Il en a profité pour apprendre à nous exprimer en excellent français cette flatteuse nostalgie qu’il a conservée jusqu’à Washington :

« Depuis mon premier séjour dans la province de Québec à la fin de 69, motivé par le désir d’échapper au service militaire obligatoire à l’époque, écrit-il, j’ai gardé un vif intérêt pour votre évolution politique. C’est aussi cet intérêt qui m’a ramené au Québec pour y travailler. Par coïncidence, les élections provinciales d’octobre dernier* ont eu lieu et j’ai été passablement déçu. Pour plusieurs raisons, j’en ensuite quitté le Québec, mais je conserve mon intention de m’installer à Montréal un jour, mais dans un Montréal francophone. Par conséquent, j’ai décidé d’attendre que le peuple québécois prenne sa situation en mains et fasse preuve du courage, de la force et de la fierté dont il est capable et auxquels vous croyez sans aucun doute… »

« … J’espère, ajoute-t-il en terminant, que le parti restera cet outil démocratique que vous avez aidé à créer, parce que finalement l’œuvre d’un vrai parti du peuple est plus importante que celle même de l’indépendance (quoique je pense que l’indépendance se fera tôt ou tard à moins d’une défaillance d’esprit des Québécois qui serait à la fois déplorable et désastreuse)… »

Que dire à ce futur Québécois qui vous quitte sur sa « solidarité sincère », si ce n’est : « Amenez-vous donc tout de suite pour donner un coup de main!  »

Utopie? Pourquoi pas?…

Le second est « Français de France », et s’appelle sauf erreur E. Mathieu. Sauf erreur, car autant sa lettre est aisément lisible, autant il a mis à la signature ce soin infâme que prennent tant de gens pour qu’elle demeure indéchiffrable! Quoi qu’il en soit, voici les propos que lui inspirent des souvenirs personnels, réveillés par des commentaires « divers » que provoquait récemment le voyage de M. Bourassa :

« Aujourd’hui, dit-il, je lis dans le Quotidien de Paris la conclusion de votre entretien : “Le seul prolongement humain important et authentique de la France, c’est le Québec”, et j’ai envie de vous donner mon accord.

Lorsqu’en 1965 je fis un court voyage au Québec, je ne me trouvai pas chez moi chez vous. Toutes les dimensions de l’espace atteignent là-bas une telle ampleur… Mais vos visages français me sautaient au cœur : je n’étais pas chez moi, j’étais chez les miens. Des miens pleins de santé, de gaillardise, d’entreprise, dont l’allure m’enchantait.

Puis je vécus quelques années à Madagascar où je fréquentais des Canadiens français et il m’arriva souvent de leur dire : “C’est à vous qu’il appartiendra d’assurer ici la relève de la présence française.” Ne pouvant être question de colonialisme, mais d’une sorte d’art de vivre où les rapports entre hommes ont de la chaleur, où le savoir se veut gai, où la liberté est une valeur universelle. Bien sûr, cette utopie ne deviendra que peu à peu vie quotidienne… »

En effet, mais comme dit par ailleurs le proverbe chinois : si tu dois faire un très long voyage, le premier pas est déjà la moitié du chemin… Seulement, il y faut aussi ce que notre correspondant nous souhaite en terminant : « longue vie, hardiesse et entreprise. »

Ce que j’essayais aussi, pour mon humble part, d’évoquer dans ces vœux que, selon la coutume politique, j’adressais ces jours-ci à tout le monde au nom du Parti Québécois :

« Cela n’empêche pas de souhaiter à tous les Québécois un Noël aussi détendu et joyeux que possible. Mais plus encore, pendant l’année qui vient, que l’on prenne conscience de la nécessité d’une solidarité nouvelle, assez puissante pour assurer à tous les nôtres ce mieux-vivre dans la justice et la liberté auquel tous les hommes ont le droit d’aspirer. »

Le Jour, Samedi 28 décembre 1974

 

_______

* Élection québécoise du 29 octobre 1973

 

Share

Aidez-nous à faire connaître l’immense héritage de René Lévesque

 

Bouton Faites un don!

Photos de René Lévesque par Antoine Désilets

Votre don nous permettra de réaliser nos différentes activités comme la publication des écrits de René Lévesque et de livres sur ses réalisations et sa pensée, l’octroi de bourses d’études, l’organisation de colloques scientifiques, de conférences et d’événements de commémoration, l’attribution de prix de reconnaissance et le développement d’actions de sensibilisation auprès des jeunes.

Nous avons mis en place trois catégories de donateur.trice.s selon l’importance de la contribution :

  • Ami.e (20$ à 99$)
  • Grand.e ami.e (100$ à 499$)
  • Gouverneur.e (500$ et plus)

 

Bouton Don en ligne

Cliquer pour un paiement par carte de crédit ou Paypal. Pour un don mensuel récurrent, vous pouvez cocher la case appropriée.

 

Bouton Don par chèqueCliquer pour télécharger un formulaire de don (pdf) à remplir et à envoyer avec votre chèque libellé au nom de Fondation René-Lévesque à l’adresse suivante:

CP 47524, succ. Plateau Mont-Royal
Montréal, Québec, H2H 2S8.

Sur le formulaire, vous pouvez indiquer que vous souhaitez répartir votre don en plusieurs versements annuels.

Sur réception de votre don, nous vous enverrons un reçu officiel aux fins d’impôt.

Share

Bernard Landry, le patriote

 

Passionné du Québec, indépendantiste déterminé, Bernard Landry a œuvré toute sa vie avec ferveur à l’essor économique, politique, social et culturel de la nation québécoise. Premier ministre de 2001 à 2003, il a dirigé plusieurs ministères importants dans les cabinets de Lucien Bouchard, Jacques Parizeau, Pierre-Marc Johnson et René Lévesque.

Bernard Landry a été un très proche collaborateur de René Lévesque. Comme il l’indique dans sa conférence à notre colloque de 2014 (voir le lien ci-après), les deux hommes se sont rencontrés en 1962 quand il était étudiant en droit à l’Université de Montréal. Président de l’association étudiante, il l’avait invité à venir parler du sujet de l’heure : la nationalisation de l’électricité. Quelques mois plus tard, à la fin de ses études, il ira travailler comme conseiller dans le cabinet de Lévesque, alors ministre des Richesses naturelles. Ce dernier le convainc de poursuivre ses études en économie. Ce qu’il fera à l’Institut d’études politiques à Paris.

Ardent militant à la fondation du Parti Québécois en 1968, il s’est impliqué dans les instances jusqu’à son élection dans Fabre en 1976. Dans le gouvernement de Lévesque, il a été ministre d’État au Développement économique, ministre délégué au Commerce extérieur et ministre des Relations internationales. Après le départ de Lévesque en 1985, il est également devenu ministre des Finances dans le cabinet de Pierre-Marc Johnson. Sous Parizeau et Bouchard, il a occupé les postes de vice-premier ministre, de ministre des Affaires internationales, de l’Immigration et des Communautés culturelles, de ministre des Affaires internationales, de vice-président du Conseil exécutif, de ministre d’État à l’Économie et aux Finances et de ministre du Revenu et ministre de l’Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie.

« La Paix des Braves, c’est un modèle, tellement que les Nations unies s’en sont inspirées pour la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples. »

La signature de la Paix des Braves constitue l’une de ses plus marquantes réalisations qui s’ajoute, entre autres, à son énoncé de politique économique Bâtir le Québec, à la loi sur l’équilibre budgétaire, à la loi anti-pauvreté, à l’adhésion au Protocole de Kyoto et à une palette de mesures économiques structurantes comme le crédit d’impôt pour le secteur du jeu vidéo.

Bernard Landry était aussi un excellent orateur, un commentateur avisé et un professeur très apprécié de ses étudiants.

Pour nous souvenir de Bernard Landry, nous vous invitons à voir ou revoir la conférence d’ouverture donnée en 2014 lors de notre colloque « René Lévesque, les ressources naturelles et le développement économique » où il témoigne de la vision économique de René Lévesque. Vous pouvez également visionner les capsules « mémoires de députés » sur le site de l’Assemblée nationale qu’il a enregistré en 2017.

Nous offrons nos sincères condoléances à toute sa famille et à ses nombreux amis.


Conférence d’ouverture de Bernard Landry : De l’humanisme à l’économie

Autres liens :

Capsule « mémoires de députés » : www.assnat.qc.ca/fr/video-audio/emissions-capsules-promotionnelles/memoires-deputes/AudioVideo-73441.html

Biographie sur les site de l’Assemblée nationale : www.assnat.qc.ca/fr/deputes/landry-bernard-3937/biographie.html

Share

50e anniversaire du Parti Québécois : le discours d’ouverture de René Lévesque au premier congrès

Couverture du programme du premier congrès du Parti Québécois

Il y a cinquante ans, le 11 octobre 1968, s’ouvrait le premier congrès d’un nouveau parti politique qui allait prendre trois jours plus tard le nom de Parti Québécois.

Le Mouvement souveraineté-association (MSA) s’unissait alors au Ralliement national (RN) pour fonder ce nouveau parti souverainiste. Le MSA avait été lancé par René Lévesque près d’un an plus tôt, après son départ fracassant du Parti libéral en raison du rejet de sa proposition d’un « Québec souverain dans une nouvelle union canadienne ». Il reprendra cette proposition en l’étayant dans son essai-manifeste Option Québec publié en janvier 1968 et vendu à plus de 50 000 exemplaires.

Le RN était l’un des deux partis indépendantistes fondés dans les années 60 avec le Rassemblement pour l’Indépendance nationale (RIN). Conduit par Pierre Bourgault et nettement à gauche, le RIN était principalement implanté à Montréal. Dirigé par Gilles Grégoire et plutôt de centre-droit, le RN était mieux établi en région. Aux élections de 1966, ils avaient remporté ensemble près de 9 % du vote, contribuant ainsi à la défaite du Parti libéral aux mains de l’Union nationale. Depuis le printemps, les trois groupes discutaient pour former un nouveau parti politique unissant les forces souverainistes. Si le RN et le MSA réussissent à s’entendre, le RIN est en désaccord avec les positions concernant l’association avec le Canada et les droits scolaires de la minorité anglophone. Quelques jours après ce congrès, le 26 octobre, le RIN choisira de se dissoudre pour cause indépendantiste et invitera ses membres à joindre le PQ.

Minutieusement préparé, ce congrès a lieu du 11 au 14 octobre 1968 au petit Colisée de Québec et rassemble près de 1000 délégués provenant de toutes les régions du Québec. En quatre jours, les participants adoptent une plateforme ambitieuse dont l’objectif principal est la création d’un état souverain de langue française par une action démocratique constante. La souveraineté est assortie d’une association économique avec le Canada. La démarche se veut aussi respectueuse des droits des minorités. Dans son message se trouvant dans le document d’information intitulé Ce pays qu’on peut bâtir et remis aux délégués, René Lévesque précise :

« …c’est la promesse d’un parti authentiquement populaire et démocratique, d’un programme pour une société véritablement renouvelée, d’un pays capable d’acquérir sa liberté dans un climat civilisé, où fermeté d’acier n’exclue pas le respect de l’autre ».

Pour souligner le cinquantenaire de ce grand parti dont les réalisations suscites encore l’admiration de nombreuses personnes, nous vous invitons à lire le discours que René Lévesque avait prononcé à la soirée d’ouverture de ce congrès.

Christian O’Leary
Directeur général


 

Nous sommes réunis pour fonder et lancer un parti nouveau.

Nous avons réussi une espèce de prodige depuis le printemps, depuis six mois : celui de commencer, péniblement, mais sans perdre le nord, à définir et à orienter ce qui n’était encore qu’un mouvement spontané et inconsistant, réuni autour d’une option politique. Ce soir, et jusqu’à lundi, nous avons un autre prodige à réaliser et c’est de loin le plus décisif des deux.

C’est déjà un miracle, de toute façon, qu’on ait pu mettre sur pied ce deuxième congrès en six mois. Il ne faudrait pas recommencer chaque année, car ni le parti ni ses cadres ne feraient de vieux os.

Ce miracle, on le doit surtout à quelques douzaines de véritables forcenés, qui ont complété nos très modestes ressources par la plus incroyable dépense de force et de dévouement que j’aie jamais vus de toute ma carrière politique. Il y en a, surorganisé, [qui ont préparé] la documentation, puis les résolutions et les projets de statuts [et] qui y ont mis non seulement tout leur loisir, mais bien tout leur temps, depuis le printemps, pendant tout l’été, en plus de ces derniers quinze jours-trois semaines, se relayant jour et nuit.

Merci aux centaines de militants exténués qui sont délégués.

Je voudrais, en notre nom à tous sûrement, souligner aussi la participation constante, infatigable, épuisante souvent, qu’ont fourni depuis le début ces pionniers de la toute première heure du MSA, Marc Brière, Rosaire Beaulé, Guy Pelletier et Doris Lussier, qui ne se représentent pas à l’exécutif pour laisser la place à d’autres, pour que les cadres puissent s’en élargir, et qui restent déterminé à militer aussi fort et à payer de leur personne partout où ils seront appelés.

Et je veux saluer, avec Gilles Grégoire, tous nos alliés du Ralliement national, qui sont déjà avec nous comme délégués, même s’ils n’ont eu que deux mois pour nous retrouver, et dont l’énergie et la persévérance promettent de renforcer puissamment le parti où nous serons désormais tous ensemble, côte à côte.

C’est un défi que nous avons à relever ensemble d’ici lundi. Nous avons tous voulu un congrès aussi libre et ouvert qu’il est humainement possible. Nous devons aussi faire un congrès qui aboutit.

C’est donc un geste important, très grave, que nous avons à accomplir. Car ce parti, il faut tâcher de lui donner, dès sa naissance, les qualités de sérieux, d’honnêteté et d’efficacité qui le rendront digne d’être l’instrument politique des changements fondamentaux que nous préconisons pour le Québec.

Afin d’atteindre cet objectif, il faut que nous apprenions à marcher systématiquement, inlassablement, à la conquête du pouvoir. Si nous y croyons assez, et si nous savons employer vigoureusement tous les moyens légitimes, nous y arriverons – et peut-être bien plus vite qu’on ne le croit chez nos adversaires… et même dans nos propres rangs.

 En même temps, nous allons aussi être obligés, en quelque sorte, de réhabiliter la notion même de parti politique. Il y a chez nous des gens très nombreux, en particulier, mais pas exclusivement chez les jeunes, qui vomissent les partis, qui n’y croient plus – parce que nos vieux partis ont tout fait, trop souvent, et font encore tout ce qu’ils peuvent pour devenir absolument incroyables! Et ils achèvent assez évidemment lorsque la domination [devient] si souvent stérile et frauduleuse de la société québécoise.

Pourtant, il est fort probable, si l’on ne doit pas tomber dans le chaos, que des partis seront encore longtemps nécessaires pour permettre à toutes les sociétés humaines, la nôtre comme les autres, qui sont imparfaites, de débattre et de décider les corrections et les progrès dont elles ont besoin. Peu importe la forme qu’ils prennent ou les noms qu’on leur donne, il faudra continuer à avoir des partis, afin de permettre aux hommes de se regrouper autour d’idées à faire valoir et de buts à atteindre, et autour d’une action aussi bien organisée que possible en vue de faire triompher ces idées et de réaliser ces buts.

C’est le choix que nous avons fait et que Gilles Grégoire évoquait quand il donnait le premier de nos objectifs fondamentaux sur lesquels nous nous sommes réunis avec le RN, de créer un état souverain de langue française par une action démocratique constante. Nous avons fait le choix de l’action politique par un parti politique. Ce qui veut dire que nous avons fait le choix aussi de nous exposer dès la prochaine au verdict électoral de nos concitoyens. Il y a des gens chez nous qui disent, en mettant ça entre guillemets, qu’il faut faire attention à l’« électoralisme ». Il y a aussi des gens chez nous, inévitablement comme dans tous les pays du monde, qui rêvent à de fantastiques révolutions en dehors de toute action normale. Des révolutions, hélas, qu’on prépare trop souvent dans les maquis confortables du salon. Ou encore des gens qui n’ont tout simplement pas encore accepté d’avoir l’énergie et l’humilité en même temps qu’il faut pour harnacher même les plus nobles impatiences à la dure patience de l’action systématique de persuasion vis-à-vis de l’ensemble de nos concitoyens.

Nous ne parviendrons pas du premier coup, c’est bien sur, à nous purger des mauvaises habitudes, de tous ces aspects mesquins et déprimants de la « partisanerie » traditionnelle dont les vieux partis ont trop longtemps affligé le paysage politique du Québec. Il est même très possible que nous n’y parvenions jamais complètement. Mais nous pouvons et nous allons tâcher, d’arrache-pied, de nous faire un parti qui ne soit pas « nouveau » seulement parce qu’il est le dernier à venir au monde.

Il doit y avoir moyen de prouver, sans tomber dans l’incohérence ou l’idéalisme échevelé, qu’un parti politique peut être réaliste sans tomber dans l’opportunisme, peut appartenir vraiment à ses militants tout en demeurant efficace, peut être un rendez-vous de citoyens adultes et responsables sans devenir un club académique, et peut même contenir toute la passion d’une grande cause sans dégringoler dans la fébrilité ou l’agitation improvisée.

C’est là le défi que nous avons à relever, en commençant tout de suite, pendant les trois jours qui viennent.

Si nous y arrivons honorablement, ça se verra. Et quand ce sera devenu assez visible pour tous, non seulement nous arriverons au pouvoir, mais ce pouvoir nous l’aurons mérité, et nous serons prêts à l’exercer comme il faut.

Mais ce pouvoir, il faudra savoir également comment le répartir dans la société. Cela aussi, c’est une chose à laquelle nous devons commencer à nous préparer tout de suite – dans la vie interne de notre parti et dans l’esprit que nous donnerons à notre programme.

Pour reprendre une expression que j’ai lue et qui m’a frappé ces jours derniers – il faut que nous apprenions non pas seulement à conquérir le pouvoir, mais à favoriser et à préparer en même temps la « conquête des pouvoirs » par tous ceux qui, dans notre société soi-disant démocratique, ne participent pas ou si peu aux décisions, même à celles qui les affectent le plus intimement.

Car cette expression tellement à la mode aujourd’hui de « participation », si elle doit signifier quelque chose de valable et cesser d’être uniquement une addition au vocabulaire, elle n’est au fond que l’extension, ou plus exactement le sens véritable qu’aurait toujours dû avoir le mot « démocratie » – mais qu’on ne lui a jamais permis de prendre.

La démocratie, ça veut d’abord dire que l’autorité prend sa source dans le peuple. Quand on s’est vu forcé, jadis, d’accepter cette notion, on s’est aussitôt acharné à réduire cette source populaire au rôle d’un maigre filet électoral, qui ne jaillit plus normalement qu’au moment du vote – après quoi l’on ferme immédiatement le robinet. Dès que le scrutin est passé, et pour toute la durée de leur mandat, trop d’élus, sinon la plupart, se sont habitués à se comporter comme tous les patrons traditionnels et si vites intransigeants, qu’on retrouve dans les autres secteurs – administration, éducation, économie, etc. Ces dirigeants qui se voient trop souvent comme des oints du Seigneur, patrons de droit divin installés dans des structures qui seraient elles aussi descendues du ciel en même temps que les Tables de la Loi.

Au fond de tous les conflits et contestations, de plus en plus nombreux, et complexes, et angoissants, qui se multiplient dans ces divers secteurs, en dessous des revendications et des griefs précis qui peuvent différer aussi bien qu’exagérer, n’y a-t-il pas quelque chose qui commence à ressembler à une révolte générale contre tous ces cadres à la fois rigides et souvent si démodés dans lesquels on prétend sans discussion et même volontiers sans explication enfermer des êtres humains? Ne sommes-nous pas en train d’assister au réveil des pions qui en ont assez de se sentir manipulés par des joueurs d’échecs qui se pensent indiscutables?

À l’échelle nationale, celle de tout notre peuple, c’est d’ailleurs justement ce genre de révolte que nous devons tâcher de suscites pour de bon, de canaliser et de rendre féconde.

C’est comme un pion, lui aussi, sans aucune consultation sérieuse, sans explication valable, essentiellement pour renchausser les positions d’un vieil empire européen face à la jeune agressivité américaine, que le peuple québécois fut naguère casé dans le régime fédéral. Un échiquier sur lequel nous n’avons pas cessé, depuis lors, d’avancer ou de reculer au gré de stratégies qui ne tiennent compte des intérêts du Québec qu’en dernier lieu, quand il reste du temps ou quand le petit pion rouspète et qu’il faut le calmer. Ce régime, il nous a émasculés collectivement, nous a forgé cette mentalité de gens « nés pour un p’tit pain », cette mentalité servile et médiocre de trop de ceux de qu’on appelle nos élites. Ce régime, c’est lui qui, en nous gardant disloqués entre Ottawa et Québec, a développé notre inaptitude tragique à saisir l’ensemble de notre situation, et à déboucher, au moins par-ci par-là sur le minimum vital de solidarité dont tous les peuples ont besoin à quelques moments cruciaux de leur existence.

Ce régime, nous en sommes convaincus, c’est lui avant tout qui nous a dégradés collectivement au point de nous faire croupir dans l’acceptation béate ou résignée, d’une situation minoritaire, coloniale et inférieure.

C’est bien vrai, comme disent souvent les experts patentés, que le Québec français n’a encore rien produit, dans presque tous les domaines importants, qui le justifie de se faire péter les bretelles. Mais quand ils disent cela sans indiquer de façon convaincante comment ça peut changer, se rendent-ils compte qu’ils ne font ainsi que saper davantage le moral d’une société qu’on a élevée terriblement peureuse et terriblement irresponsable?

Sont-ils conscients de la stérilité de leur attitude, ceux qui, naïvement ou cyniquement selon les cas, proposent de laisser de côté les problèmes constitutionnels, « et de s’occuper uniquement du pain et du beurre »? Et ceux qui développent le refrain, en se donnant de bons petits airs d’esprits pratiques: « Bien sûr, ça garde une certaine importance, le statut politique, pour quand on aura le temps, mais c’est à « demain matin » qu’il faut penser, aux milliers d’emplois nouveaux qu’il est urgent de créer… »

Voilà, en effet, une urgence véritable. C’est même une vieille urgence, et qui a la vie dure. C’est une urgence qui n’en finit plus de s’éterniser; et elle va se maintenir, et s’aggraver, à travers tous les « demains matins » que nous vivrons encore sous le régime actuel. Ce n’est pas le manque d’éducation ni le manque de compétence qui nous retardant seuls, ni même principalement – ne vient-on pas de révéler que même avec une éducation égale et même ici, chez nous, au Québec, les nôtres demeurent économiquement et socialement au bas de l’échelle? Pas plus la création réelle et non plus verbale ou électorale des emplois nécessaires, que les promotions et la prise en mains des responsabilités tout aussi indispensables, ne viendront jamais à une société minoritaire, dépendante et incertaine d’elle-même. Sauf pour les arrivistes, et pour les politiciens dans dont la démagogie la pire est celle qui se donne un visage angélique pour exploiter nos vieilles peurs les plus paralysantes devant un changement qui s’impose.

Nous les créerons les emplois, au lieu de les quêter aux autres, et en vain trop souvent; nous deviendrons un peuple sain, et productif, s’étonnant lui-même de ce dont il est capable, ce dont il ne s’est jamais cru capable… Nous serons cela le jour – mais pas avant – où nous serons ici chez nous, au Québec, une majorité normale, souveraine et responsable.

Nous ne ferons pas le paradis du jour au lendemain. Ce n’est pas du soir au matin que nous rattraperons tous les retards que nous avons laissés s’accumuler. Mais c’est du soir au matin que se passera l’essentiel : le jour même où se décidera une majorité claire, le peuple pion sera devenu un peuple maître, le peuple incohérent et dépendant se verra enfin chargé de son propre destin, â la tête de son propre chantier.

Ce jour-là, tout deviendra possible, ce qu’un petit peuple libre et sûr de lui peut encore accomplir de surprenant, même au milieu des géants qui encombrent l’univers.

Tant que ce jour-là ne sera pas venu, on va continuer tant bien que mal à survivre, à rouspéter, et à prendre pour les lanternes de l’avenir les vessies du statu quo plus ou moins rafistolé. On va continuer par exemple à faire épousseter par des bataillons entiers de spécialistes cette vieille notion d’une république fédérale qui n’est que pure poudre aux yeux, – où nous demeurerions colonie à l’intérieur d’une république de façade comme nous le sommes dans le vieux Dominion… et derrière ce paravent, on va continuer à manipuler l’illusionnisme centenaire d’un « Canada à dix » marié avec un « Canada à deux »… où il y en aura sans cesse un sur deux, qui est également un sur dix, qui se fera avoir – comme toujours, jusqu’à ce qu’i1 en sorte…

Seule la souveraineté du Québec nous sortira seule de tous ces fouillis déprimants, de cette longue et dangereuse stagnation d’où surnagent péniblement nos maigres poignées de « foremen » et d’hommes de paille et d’exceptions toujours fragiles et solitaires.

Une fois acquise, cependant, cette souveraineté, il faudra savoir en répartir convenablement l’exercice aussi bien que les bénéfices. Et ça aussi, ça commence à se préparer tout de suite.

Comment notre société apprendra-t-elle à partager ses pouvoirs entre tous ses citoyens? Il faut, et sans doute l’évolution fera-t-elle qu’il faudra de plus en plus, donner vraiment à tous les hommes cette participation réelle, ces pouvoirs leur permettant d’orienter eux-mêmes leur existence, ces pouvoirs que la démocratie leur promettait dès son apparition, amis que les profiteurs de la démocratie ont trop longtemps confisqués dans tous les secteurs.

Comment tirer l’enseignement, par exemple, de son vieux climat paternaliste au détriment des enseignants, des élèves et de l’éducation elle-même? Comment introduire là des structures et plus encore un esprit capable de « rentabiliser » au maximum l’indispensable révolution que nous avons à peine amorcée dans un système qui était si dangereusement sclérosé qu’il nous faisait avancer en arrière.

Comment faire passer, comme il faut, ce même renouveau et cette même participation démocratique dans le secteur public, dans nos institutions municipales démodées et dans les cadres régionaux qui restent à créer? Comment accélérer la modernisation et en même temps la « civilisation » des entreprises et de tout le régime économique?

Voilà des questions qu’on ne peut éviter, et que vous retrouverez sans cesse dans la documentation qu’on a préparée et â tous les détours de vos propres résolutions.

Il faut que nous commencions, au moins, à y répondre de notre mieux d’ici à lundi. De même que, en priorité encore plus pressante, nous verrons partout, dans tous les domaines, se profiler la question la plus vaste et la plus lancinante de toutes – comment même faire soupçonner leur participation possible, et l’espoir auquel ils ont droit, â tous ceux chez nous qui sont dans la misère? Comment éviter ces fraudes cruelles que sont les « guerres à la pauvreté » qu’on proclame sans véritable impatience, et ces « sociétés justes » qu’on ne prend aucunement les moyens de réaliser?

C’est là, chez tant de milliers de nos concitoyens, dans nos milieux sans horizon dans nos quartiers dégradés, dans nos secteurs de petits emplois fragiles et d’assistance sociale héréditaire, que nous devons faire porter le souci le plus brûlant et le plus fraternel du parti que nous allons fonder.

Le Québec souverain, ça presse pour tout un peuple.

Mais ça presse surtout, et il faut s’y attacher et le démontrer sans cesse, de mieux en mieux, afin que nous ayons enfin en mains les outils et l’énergie qu’il faut pour sortir du trou les plus mal pris d’entre nous.

Comme le dit un proverbe chinois avant Mao, « Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas ». Si le premier pas est bien fait, nous aurons parcouru la moitié du chemin. Les trois jours qui viennent et que nous réussirons est un commencement qui sera déjà un gros morceau du parcours.

 

René Lévesque
Ouverture du Congrès MSA-RN
11 octobre 1968

NDLR : Les parties en italique indiquent la transcription des annotations manuscrites.

Share