Conférence d’ouverture : De l’humanisme à l’économie

Date : 25 avril 2014 à 9 h 10

Conférencier : BERNARD LANDRY, ancien Premier ministre et professeur, École des sciences de la gestion, UQAM

Titre de la conférence : De l’humanisme à l’économie

Résumé de la conférence : Cet homme est sans doute le plus grand d’entre nous. De toute notre histoire nationale personne ne fut aussi vénéré que lui sauf Papineau. Il n’est donc pas facile de le décrire brièvement.

Il était féru de culture; il avait tout lu en français, en anglais et en traduction. Il avait visité de nombreux pays. Il était donc très informé, ce qui explique largement ses aptitudes exceptionnelles de communicateur et de pédagogue. Ses comportements sympathiques et sa brillante intelligence faisaient le reste.

« Rien de ce qui est humain ne lui était étranger ». On peut dire par ailleurs qu’il n’était spécialiste en rien. Pas plus en économie qu’autre chose. Il avait un regard vaste et universel sur le monde dans tous ses aspects. Évidemment sur notre nation en particulier. C’est pourquoi il a pu tant faire pour elle et y compris la lancer dans son long périple d’accès au concert des nations…

Alors quel est donc le mot : humaniste!

Notes biographiques :

Bernard Landry a fait des études en droit à l’Université de Montréal et a obtenu un diplôme en économie et en finance à l’Institut d’études politiques à Paris. De 1964 à 1968, il est conseiller technique au cabinet du ministre des Richesses naturelles et chargé de mission au cabinet du ministre de l’Éducation. Il pratique ensuite le droit à Joliette et à Montréal pendant près de sept ans, de 1969 à 1976.

Il est élu député le 15 novembre 1976 et devient ministre dans le gouvernement de René Lévesque : ministre d’État au Développement économique (1976-1982), ministre délégué au Commerce extérieur (1982-1984) et ministre des Relations internationales (1984-1985). Il devient ministre des finances en 1985.

Il n’est pas réélu en 1985 et il se consacre alors à l’enseignement à titre de professeur agrégé à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal. Il est aussi professeur invité en France, au Mexique, en Afrique et en Chine (1986-1994).
En 1994, il devient vice-premier ministre. Entre 1994 et 2001, il cumulera plusieurs portefeuilles ministériels, notamment ceux des Relations internationales, de l’Immigration et des Communautés culturelles. Après 1995, il occupera principalement les fonctions de ministre de l’Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie, ministre d’État à l’Économie et aux Finances, ministre des Finances.

Devenu Premier ministre du Québec en 2001, Bernard Landry, entre autres réalisations, signe la Paix des Braves, suivie quelques mois plus tard d’une entente avec les Inuits du Grand Nord québécois. Après avoir été Chef de l’opposition à partir de 2003, il se retire de la vie politique en 2005.

Il est actuellement professeur à École des sciences de la gestion de l’UQAM.

Share