Nationalisation et maîtrise du développement : acteurs et effets

Date : 25 avril 2014 à 10 h 20

Conférencier : ARNAUD SALES, professeur émérite, département de sociologie, Université de Montréal

Titre de la conférence : Nationalisation et maîtrise du développement : acteurs et effets

Résumé de la conférence : Symbole fondateur de la Révolution tranquille, la seconde phase de nationalisation de l’électricité conduite en 1962 et 1963 par René Lévesque est à la fois un acte politique (comme toute décision sur ce qui appartient au public et ce qui appartient au privé), la mise en place d’un levier de développement économique, et un mouvement d’affirmation des francophones et de l’utilisation de la langue française dans le champ économique. Seront examinés ici quelques uns des effets directs de cette nationalisation : démonstration de la capacité à financer et à réaliser des grands projets; mobilisation et développement de l’expertise professionnelle et technique, en particulier du génie civil et du génie électrique, pour construire le plus puissant barrage de l’époque; émergence de l’un des géants mondiaux de production d’hydro-électricité; établissement d’importantes firmes de génie-conseil (aujourd’hui sur la sellette).

Cette nationalisation, est en fait indissolublement liée au lancement d’un mouvement dit ‘de libération’ visant à accroître, notamment par l’éducation, la maîtrise du développement du Québec pour et par les Canadiens-français, alors sous-représentés dans la propriété du capital et la direction des centres de décision économique. Une fois la nationalisation réalisée, René Lévesque ne se reposera pas sur ses lauriers, car la question de la maîtrise du développement au sens large est au centre de nombre de ses textes et de son projet. Peut-on dire que c’est en définitive là où il a le mieux réussi ?

Notes biographiques :

Arnaud Sales est Professeur émérite au Département de sociologie de l’Université de Montréal. Il est spécialisé en sociologie économique. Parmi ses ouvrages figurent notamment: La Bourgeoisie industrielle au Québec (PUM, 1979); Développement national et économie mondialisée (Sociologie et Sociétés, 1979); Décideurs et gestionnaires: Étude sur la Direction et l’Encadrement des Secteurs Privé et Public (avec N. Bélanger, Éditeur Officiel du Québec, 1985); La recomposition du politique (avec L. Maheu, PUM, 1991); chez SAGE Publications: The International Handbook of Sociology (avec S. Quah, 2000,); New Directions in the Study of Knowledge, Economy and Society (avec K. Adhikari, 2001); Knowledge, Communication and Creativity (avec M. Fournier, 2007) ; et plus récemment Sociology Today : Social Transformations in a Globalizing World (2012).

Share